• folardeche

Poésie en fête

Poésie en fête Lecture de poésie – Mercredi 9 novembre Espace Envol Privas Lecture Michel Auberger – Musique Dominique Roncin Un large éventail de poésies, du moyen âge jusqu’à nos jours, de Villon à Prévert en passant par Verlaine et Rimbaud où chaque poème se marie à une page musicale qui complète et prolonge la rêverie. Un voyage d’une heure, là où : « Tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. » Introduction sous forme de dialogue entre un barman et un client. – Marie de France XII ème siècle. Première femme écrivain de France. (Tristan et Iseult) Le lai du chèvrefeuille – Musique : Etude de Bartoli – François Villon (François de Montcorbier) né en 1431, mort vers 1463. Le premier mauvais garçon de la poésie. Emprisonné suite à une rixe dans la rue St Jacques, il subira le supplice de l’eau et échappera de peu à la potence. C’est dans l’attente du supplice qu’il écrit : La ballade des pendus – Musique : Notes accompagnatrices, lugubres et lentes ; glas en mi – Pierre de Ronsard 1524-1585. Poète lyrique et courtois dans le style italien. Sonnet pour Hélène – Musique : Robert de Visée – Joachim du Bellay 1522-1560. Ce gentilhomme angevin supporta très mal un séjour en Italie au service de son oncle cardinal. La poésie fut son refuge. « En pleurant mes ennuis, je les chante, si bien qu’en les chantant, souvent je les enchante. » France, mère des arts – Musique : Syracuse – Jean de la Fontaine 1621-1695. ça coule de source ! Léon Paul Fargue disait de lui : « C’est le seul qui peut réellement dire qu’il appelle un chat un chat. » Conseil tenu par les Rats – Musique : Chats, à cappella. – L’abbé de Lattaignant 1697-1779. Cette abbé dissolu, aimant la vie et les femmes, auteur de « j’ai du bon tabac dans ma tabatière » fut un chansonnier avant la lettre : Le mot et la chose – Musique : Honey suckle Rose Charles Baudelaire 1821-1867. Baudelaire, comme Rimbaud plus tard, est allé jusqu’aux confins de la folie. « J’ai cultivé mon hystérie avec jouissance et terreur. Maintenant, j’ai toujours le vertige » Écrit-il. Les fleurs du mal, fut mon premier éveil à la poésie. Au lecteur – Musique : Etude II de Léo Brouwer Correspondances – Musique : Rêverie en Ré – Gérard de Nerval 1808-1855. Avec Nerval, allons plus loin dans le dérèglement des sens. Le poème qui suit ouvre une fenêtre fascinante sur le passé, vertige dont nous avons quelque fois des réminiscences…  « …le Soleil noir de la Mélancolie » Fantaisie – Musique : passacaille de Weiss – Arthur Rimbaud 1854-1891. Verlaine disait de lui qu’il était beau comme un tigre. Rimbaud ira encore plus loin que Baudelaire et Nerval en travaillant à se faire voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Voyelles – Musique : Intro puis marée montante. Paul Verlaine 1844-1896. Nous connaissons tous la vie décousue de Verlaine, des cafés aux lumières vertes de l’absinthe aux scandaleuses amours coupables avec Rimbaud. Avec Verlaine, le soufre est un parfum. Art poétique – Musique : Prélude de Manuel Ponce Chanson d’automne – Musique : Chanté avec accompagnement jazz. Charles Cros 1842-1888. Allons plus loin encore dans le délire avec ce joyeux drille, inventeur du phonographe avant Edison. Le hareng saur – Musique : chachat à son pépère Jacques Prévert 1900-1977. Encore un touche à tout génial, qui ne se prenait pas au sérieux Pour faire le portrait d’un oiseau – Musique : Etoile filante Paul Fort 1872-1960. Homme de théâtre également, il fut élu Prince des Poètes en 1912. Le petit cheval – Musique : Accords d’accompagnement puis ‘’Ambre’’ Moi Rencontre – Musique : Accords d’accompagnement et ‘’feuilles mortes’’ à la fin Robert Lamoureux 1920. Homme de théâtre et comédien, il écrivit de nombreux poèmes populaires… Souvenons nous du canard qui, le lundi, était toujours vivant ! La plupart du temps – Musique : Santa Anna Cruz entre chaque quatrain et final.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout